01 40 22 79 85 (lundi - vendredi : 9h à 17h)

Paiement 100% sécurisé


MON COMPTE

Bienvenue dans votre espace client

J’ai un compte

J’ai oublié mon mot de passe
Partager Partager
Référence : 927010

Agroéconomicus

Disponible

29€

L’agriculture, qui est la seule réponse aux besoins alimentaires des populations sédentarisées de plus en plus citadines, a vocation à devenir également une solution pour l’environnement. Transformer un problème en opportunité pour satisfaire un besoin, tel est le challenge qui s’ouvre à nous ! Comment relever ensemble cet immense défi du XXIe siècle : produire plus et substituer les ressources renouvelables en disposant de moins d’eau, d’énergie, d’intrants... et de terres arables ?

Dans une société urbanisée qui a perdu le pied avec la réalité de l’agriculture, les questions sont nombreuses. Néanmoins des opportunités existent, il faut les appréhender, en saisir les enjeux ; les besoins liés à l’alimentation sont multiples. Il convient de reconstruire ensemble une agriculture qui sera partie prenante de la société de demain.

Nous sommes à la croisée des chemins, essayons de rêver l’avenir, de nous projeter dans 20 ans et d’imaginer ce que seront le monde et l’agriculture à ce moment-là.

Dans son premier ouvrage, Agronumericus internet est dans le pré, Hervé Pillaud a voulu montrer comment le numérique entrait dans l’agriculture. Dans ce nouvel essai, il esquisse comment après avoir adopté le numérique, l’agriculture va devoir entrer dans l’ère du numérique grâce aux plateformes, aux blockchains, à l’économie collaborative ?
Ces outils vont collaborer à nous faire passer d’une agriculture intensive en utilisation d’intrants à une agriculture intensive en utilisation de connaissances mais ce sont les hommes qui feront la différence. Nous allons assister au retour de l’humain dans l’écosystème numérique avec de réelles opportunités de choix, de partage, de liberté d’achat et de vente, de travail indépendant, de développement de la créativité collective.

Dans cet ouvrage "Agroéconomicus", véritable plaidoyer pour les nouveaux outils numériques, l’auteur nous aide à les comprendre et à les adopter pour construire une agriculture viable, vivable et durable.

Voir toutes les informations

  • ISBN : 9782855574868
  • Edition : Editions France Agricole
  • Année : 2017
  • Dimension : 15,6 x 23,4 cm
  • Informations complémentaires : 215 pages
Remerciements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . XI
Préface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . . XIII
Introduction : Faire de l’agriculture un projet inclusif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XVII
Première partie
L’agriculture et l’agroalimentaire : décryptage d’une mutation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1

Le consommateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
L’agriculteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . 2
1 De Méline à nos jours : une agriculture qui se modernise. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1890-1960 : de Jules Méline à Edgar Pisani. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
La jeune République et les paysans. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Vichy et l’agriculture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Naissance de la coopération agricole. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1945 : nourrir le pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1962-1992 : les trente glorieuses de l’agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Le syndicalisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Une nouvelle génération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
La création de réseaux innovants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Société de consommation : la rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1992-2016 : l’agriculture administrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
L’avènement du libéralisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
La montée en puissance de l’administration européenne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
Principe de subsidiarité et jacobinisme (ou concurrence État-Europe). . . . . . . . . . . . . . 16
2 Agriculture et agroalimentaire : une approche mondiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
Une population à nourrir toujours croissante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
L’alimentation : des enjeux multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Des enjeux identitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Des enjeux économiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Des enjeux sociétaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Des enjeux territoriaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Des enjeux sanitaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Des enjeux environnementaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
3 L’agriculture : un secteur économique organisé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
La vie dans le monde rural, l’économie collaborative avant l’heure. . . . . . . . . . . . . 30
La Jeunesse agricole chrétienne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Du syndicalisme aux coopératives : de belles réussites qui ont peut-être dévié ?.. 35
Le syndicalisme agricole : peser sur les décisions politiques. . . . . . . . . . . . . . . . 35
Réinventer les organisations professionnelles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
La coopération agricole : de la logique du territoire à celle de l’économie . . . . . . . . 39
Deuxième partie
Plateformisation, blockchain : les piliers de l’économie de réseau ! . . . . . . . . . . . . . . . . .41

La révolution numérique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4 La plateformisation : transformation sociétale globale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Différents types de réseaux et de connexions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
Les bases de données. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Quel type de réseau pour les données agricoles ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
Que change la plateformisation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
5 La blockchain, what is it ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Historique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
Brève histoire de la monnaie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
Un choc des cultures considérable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
Qu’est-ce que la blockchain ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
Les cryptomonnaies à l’origine de la blockchain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Le protocole blockchain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Arrivée d’Ethereum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Blockchains privées ou publiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
La blockchain risque-t-elle d’être victime d’un « cycle du hype » ?. . . . . . . . . . . . . 78
Intérêts de la blockchain : l’Internet des transactions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
Fiabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Sécurité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Désintermédiation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . 81
Les cas d’usage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . 82
Les organisations autonomes décentralisées (DAO). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
La blockchain et les réseaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
6 L’économie de réseau : la société de demain ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
Les travailleurs indépendants. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Vers un nouveau mutualisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Les barbares bienveillants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102
Troisième partie
griculture et agroalimentaire : un monde à « barbariser » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105

L’âge des plateformes : le poids, pas la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
7 Les six domaines d’Agronumericus à barbariser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
L’anticipation et la gestion des risques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110
Le financement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  .112
La recherche et le développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .116
Qu’est-ce qu’un farm lab?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118
La smart agri . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120
Propriétés d’usage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
Le conseil et la formation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
La commercialisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
8 Les fondamentaux de l’évolution de l’agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129
Israël, un modèle d’organisation agricole. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .129
Un réseau collectif maillé qui s’ignore. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .131
Sur le plan environnemental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .132
Le marché du carbone. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .133
Gérer l’eau, la diversité…. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
Sur le plan économique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
Réparer le miroir de la connaissance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
DAO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . .137
Sur le plan social. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138
Nourrir correctement les hommes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .138
Limiter les pertes et faciliter le partage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .139
Les entreprises agroalimentaires innovent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .141
9 Alimentation et agriculture : vous avez dit confiance ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
Simplifier le contrôle des filières. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .143
Contractualiser les échanges. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .144
La traçabilité alimentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Un caractère réglementaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145
Des filières déjà tracées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .147
Labels et certifications. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
L’origine géographique : AOC, AOP et IGP. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149
La certification agriculture biologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
Le label rouge. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .150
Ubérisation des qualifications ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152
Reprendre la main sur la certification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .152
Contractualisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
Organismes de producteurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .156
Établir des contrats simples et fiables ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157
10 Entre protectionnisme et libéralisme, une troisième voie est-elle possible ?. . .160
L’agriculture et l’ère industrielle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161
Du rapport de forces au rapport de flux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
11 Les soixante ans qui ont changé l’humanité : retour vers le futur. . . . . . . . .164
Dis, Papy, dessine-moi un « ageekulteur » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
« Alors, dis-moi papy, comment cela s’est-il passé ? » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .167
Conclusions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
12 L’audace en héritage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .176
S’ouvrir au monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
Place à la créativité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .177
13 Favoriser l’initiative et l’intraprenariat. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Des laboratoires de demain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .181
Agir plutôt que planifier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .182
14 De la FinTech aux monnaies cryptées : repenser le financement. . . . . . . . . . . 186
Financement agricole participatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .187
Love money, business angels et family offices. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190
La plateforme de données en réseau collaboratif maillé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .191
Plateforme propriétaire et plateforme universelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .192
L’usage de la donnée dans le système d’hier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .194
Transparence et traçabilité de la donnée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .195
15 Les politiques publiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .199
Remettre en cause les élites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200
Définir la politique agricole. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .201
Définir la traçabilité des denrées alimentaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
Passer d’une économie de marché à une économie de réseau. . . . . . . . . . . . . . . .206
Pour réussir : se convertir en plateforme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207
La blockchain en créateur de lien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208
Sauter du bocal !. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
Postface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . . . . . . . . . 211
Hervé Pillaud est exploitant agricole, producteur laitier, secrétaire général de la chambre d’agriculture et vice-président de la FDSEA de Vendée. C’est un militant actif de la cause agricole, il est passionné des nouvelles technologies, en particulier de celles qu’il peut appliquer à son métier : président de Tech’elevage, salon dédié au high tech dans l’élevage. Il est aussi l’auteur de Agronumericus internet est dans le pré aux Éditions France Agricole (2015).

Satisfait ou remboursé

Paiement 100% sécurisé

Service clients

Livraison garantie