01 40 22 79 85 (lundi - vendredi : 9h à 17h)

Paiement 100% sécurisé

user
MON COMPTE

Bienvenue dans votre espace client

J’ai un compte

J’ai oublié mon mot de passe
Partager Partager
Référence : 929030

10 Clés pour comprendre l'irrigation en agriculture

Disponible

19€

Le but de cet ouvrage est de présenter un panorama le plus exhaustif possible de l’irrigation agricole en France. L’irrigation fait l’objet, en France peut-être plus qu’ailleurs, de débats contradictoires et souvent (trop) passionnés. Elle est pourtant vécue par tous les paysans du monde comme un moyen sûr de garantir la qualité et la quantité des récoltes. Cette technique, bien que minoritaire dans l’agriculture mondiale, assure près de la moitié de la production alimentaire de la planète.

Ce livre reflète le point de vue des agriculteurs et irrigants français sur la gestion de l’eau, leurs pratiques, leurs besoins et leurs espoirs. Il aborde à la fois les aspects historiques, géographiques, descriptifs, techniques et pratiques de l’irrigation.

Etudiants, enseignants, responsables politiques ou simples citoyens soucieux de s’informer, vous trouverez ici les 10 points clés suivants :

1. Leçon d’histoire : la maîtrise de l’eau vieille comme l’agriculture
2. Le besoin en eau des plantes
3. L’irrigation dans le monde
4. l’irrigation en France, permanences et évolutions
5. L’irrigation dans les exploitations agricoles
6. De l’irrigation dans les exploitations à la gestion collective de l’eau
7. Les enjeux économiques de l’irrigation en France
8. Tous les leviers pour améliorer la productivité de l’eau
9. Irrigation et stockage de l’eau, des investissements d’avenir
10. L’irrigation : un enjeu majeur pour le XXIe siècle, un atout pour la France

Voir toutes les informations

  • ISBN : 9782855574806
  • Edition : Editions France Agricole
  • Année : 2016
  • Dimension : 16,5 x 23 cm
  • Informations complémentaires : 255 pages
Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Signification des acronymes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
1 Leçon d’histoire : la maîtrise de l’eau vieille comme l’agriculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18
Naissance de l’agriculture, de l’irrigation, naissance de la civilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Organisation des sociétés, premiers codes de lois et écriture liés à l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Les techniques d’irrigation ont été inventées il y a 10 000 ans . . . . .20
La maîtrise de l’eau en France : moulins, assainissement des marais, irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25
Aménagements hydrauliques : canaux et moulins . . . . . . . . . . . . . .26
L’assèchement des marais : élargir le domaine cultivé et lutter contre « les fièvres » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
L’introduction de l’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28
Les grands aménagements d’après-guerre, l’État stratège . . . . . . . . .31
2 Les plantes ont besoin d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
Fonctions de l’eau chez les plantes cultivées . . . . . . . . . . . . . . .37
Le sol et l’absorption de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
Réactions des plantes au manque d’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . .41
Réactions des plantes et conséquences d’un manque d’eau . . . . . . .41
Chiffrer l’efficience de l’eau consommée selon les plantes . . . . . . . .46
3 L’irrigation dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
Description générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53
Place de l’irrigation dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54
L’irrigation, inégalement répartie… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55
Y a-t-il assez d’eau pour l’irrigation ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
L’efficience de l’irrigation peut (et doit) s’améliorer . . . . . . . . . . . . .57
Plus de 60 % de la superficie irriguée mondiale sont réservés aux céréales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59
Caractérisation des ressources en eau pour l’irrigation . . . . . . . . . .61
Une ressource à protéger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
Trois pays proches de la France, trois visions de l’irrigation . 64
L’Espagne : les investissements publics au service de l’irrigation
et du développement économique, une vision qui s’oppose à la vision européenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
Le Maroc : les problèmes d’un pays en voie de développement aux ressources limitées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
La Hollande, le pays de l’eau et des sciences hydrauliques, ou pourquoi irriguer là où il pleut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
En conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4 L’irrigation en France : permanences et évolutions . . . . . . . 73
L’irrigation en France : évolutions récentes . . . . . . . . . . . . . . . .75
L’irrigation cesse de progresser en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76
L’irrigation se diversifie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78
Le taux d’irrigation dépend de la culture et de la région . . . . . . . . .79
Le maïs reste la culture emblématique de l’irrigation . . . . . . . . . . . .81
Disponibilités et réserves en eau : la France ne mobilise qu’une faible partie de ses ressources, mais les utilise plutôt bien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83
Des ressources en eau globalement abondantes… . . . . . . . . . . . . . .84
… Mais inégalement réparties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85
Les prélèvements d’eau totaux en France : 20 % de la ressource . . .87
En Europe, la France apparait sous-équipée en irrigation . . . . . . . .88
Les formes de mobilisations de l’eau pour l’irrigation : l’accès individuel progresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
Les matériels utilisés en France : l’irrigation par aspersion domine . . .91
Les modes d’irrigation en France en résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . .95
Deux exemples de gestion de l’irrigation en France :
la nappe de Beauce et Poitou-Charentes . . . . . . . . . . . . . . . . . .96
La nappe de Beauce : le modèle de gestion volumétrique . . . . . . . . .96
Le Poitou-Charentes : l’échec de la gestion horaire . . . . . . . . . . . . .98
5 L’irrigation dans les exploitations agricoles . . . . . . . . . . . . 102
Du besoin en eau des plantes à l’irrigation agricole . . . . . . .104
La productivité de l’eau d’irrigation : premier critère de choix . . . .104
L’irrigation en grandes cultures, les principes de base . . . . . . . . . .107
Piloter l’irrigation en grandes cultures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
L’irrigation en maraîchage et en arboriculture . . . . . . . . . . . . . . . .115
Irriguer la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
Rechercher l’efficience globale de l’irrigation : état des lieux . . 118
L’efficience hydraulique de l’installation : estimation des pertes . . .120
Efficience énergétique : état des lieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Combien coûte l’irrigation dans une exploitation agricole ? . . 123
6 De l’irrigation dans l’exploitation à la gestion collective de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
Le droit de l’eau français : un héritage de plusieurs siècles . . .129
Un premier tournant : la loi sur l’eau de 1964 instaure la gestion par grand bassin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .130
Loi de 1992 : l’eau, patrimoine commun de la Nation . . . . . . . . . . 131
L’Europe fixe le cadre avec la Directive cadre sur l’eau (DCE) . . . . 133
Les masses d’eau en France sont-elles en bon état ? . . . . . . . . . . . .134
En 2006, la LEMA rénove la gouvernance de l’eau et subordonne l’irrigation à l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . .134
Le stockage dans la politique de l’eau en France ou l’illustration du mythe de Sisyphe… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .135
La gouvernance de la gestion de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
La gestion volumétrique et les prémices de la gestion collective . . . 138
Les Associations syndicales autorisées (ASA) et les Sociétés d’aménagement régional (SAR), des acteurs de la gestion de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .140
Les Organismes uniques de gestion collective, le nouveau défi des irrigants du xxie siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
La gestion de la sécheresse en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
7 Les enjeux économiques de l’irrigation en France . . . . . . 153
Enjeux politiques et symboliques de l’irrigation . . . . . . . . . .155
Supprimer toute référence à la performance dans les réformes successives de la PAC . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .155
Baisser les prélèvements d’eau pour la culture emblématique de l’irrigation : le maïs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Enjeux économiques et sociologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . .159
Enjeux économiques et emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .162
Externalités positives de l’irrigation : performance et emploi . . . . .162
Sécurisation et durabilité des exploitations . . . . . . . . . . . . . . . . . .164
Rôle de l’irrigation dans la sécurisation des ateliers d’élevage. . . . 165
Enjeux qualité et export . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
Un exemple d’externalité ambivalente de l’irrigation : la teneur en protéines des grains . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .168
L’irrigation pour les légumes d’industrie est une assurance indispensable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
L’irrigation, une garantie pour l’exportation . . . . . . . . . . . . . . . . . 171
La production de semences, filière stratégique à l’export, très dépendante de l’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
Intensification, diversification des filières grâce à l’irrigation . . . . . 174
Pour une politique équilibrée de l’offre et de la demande en eau au service des filières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
8 Progrès passés et à venir pour améliorer la productivité de l’eau : agir sur tous les leviers . . . . . . . . 178
30 ans de progrès dans l’efficience globale de l’irrigation en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Le progrès par les techniques d’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Les progrès par la connaissance des plantes . . . . . . . . . . . . . . . . .180
Progrès génétique et évolution des itinéraires techniques . . . . . . . .181
Progrès génétique et tri variétal (cas du maïs) . . . . . . . . . . . . . . . .181
Progrès en cours pour améliorer la productivité de l’eau : agir sur tous les leviers en même temps . . . . . . . . . 183
Effet comparé de chaque levier sur la productivité de l’eau . . . . . .184
Bien prendre en compte la contribution du sol . . . . . . . . . . . . . . .186
Stratégies d’évitement et stratégies d’esquive . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
L’esquive est efficace pour d’autres cultures d’été comme la betterave ou le tournesol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .190
Autres adaptations possibles : modifier les aires de culture et/ou le nombre de cycles de végétation annuels . . . . . . . . . . . . . .191
Adapter la stratégie d’irrigation en conditions restrictives . . . . . . . .192
Modifier l’assolement en grandes cultures ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .194
Améliorer le matériel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .196
Améliorer les outils de pilotage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .200
Des progrès encore à venir avec la révolution numérique . . .202
L’amélioration variétale est déjà entrée dans l’ère numérique avec la sélection génomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .202
La tolérance aux stress hydrique : premier objectif de la sélection génomique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .203
L’irrigation augmentée : l’irrigation dans la « révolution numérique » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .204
La révolution numérique : que va-t-elle changer pour les irrigants ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .205
La modulation de l’irrigation (et des intrants) : une utopie ? . . . . . .206
9 L’irrigation et le stockage de l’eau sont des investissements d’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .208
Préparer l’agriculture française aux changements climatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
Le réchauffement climatique est une réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . .209
Comment intégrer le réchauffement climatique dans les scénarios prospectifs de l’agriculture ? . . . . . . . . . . . . . . . 213
Le stockage : une idée qui coule de source . . . . . . . . . . . . . . .220
Rappel des disponibilités en eau en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Stocker l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .222
Maîtriser la création de ressources en eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . .224
De l’ambition à la réalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .225
Le coût du stockage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .227
Vers de nouvelles ressources en eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .228
D’autres manières de stocker l’eau : la recharge de nappe . . . . . . .229
Une piste (curieusement) non conventionnelle : la récupération des eaux pluviales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
La réutilisation des eaux déjà utilisées et/ou de qualité marginale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
La réutilisation des eaux usées traitées (REUT) . . . . . . . . . . . . . . . 233
10 En guise de conclusion : pour une approche positive de l’irrigation : un enjeu majeur pour le xxie siècle, un atout pour la France . . . . . . . . . . . . 239
Enjeux de l’irrigation pour le xxie siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
Des besoins croissants en eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241
Gigantesques défis pour l’agriculture mondiale… . . . . . . . . . . . . .242
… dans un contexte de raréfaction des ressources . . . . . . . . . . . . . 243
L’irrigation et le défi de l’intensification des surfaces disponibles . . . 243
L’irrigation : un atout pour la France . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244
La France dans une position enviable… . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .244
… Mais avec des risques de déséquilibre croissants… . . . . . . . . . .245
… Et des freins à lever . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .245
L’irrigation et le stockage de l’eau s’inscrivent dans une démarche d’intensification écologique . . . . . . . . . . . . . .246
Rôle de l’irrigation dans la durabilité des modes de productions agricoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .247
Aménagement du territoire : l’irrigation contre l’inégalité . . . . . . .248
Le Projet territorial : promouvoir un développement concerté de l’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .248
Pour une approche positive de l’irrigation en France . . . . . . . . . . .249
Bibliographie des travaux cités dans le livre . . . . . . . . . . .251
Études, rapports et expertises des services officiels français . . . . . .251
Études et travaux des organisations professionnelles agricoles . . . 253
Colloques et travaux de recherche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .254
Publications internationales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .255
Livres et écrits divers cités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .256
Jean-Paul Renoux est ingénieur agronome. Il a été conseiller technique à l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs), après avoir été le responsable de la filière maïs à Arvalis-institut du végétal. Il est l’auteur du livre référence Le Maïs aux Editions France Agricole.

Alix d’Armaillé est ingénieur agronome et maitre-essciences en biologie. Elle est responsable de l’animation d’Irrigants de France et du service environnement de l’AGPM.

Satisfait ou remboursé

Paiement 100% sécurisé

Service clients

Livraison garantie