01 40 22 79 85 (lundi - vendredi : 9h à 17h)

Paiement 100% sécurisé


MON COMPTE

Bienvenue dans votre espace client

J’ai un compte

J’ai oublié mon mot de passe
Partager Partager
Référence : 921707

Le blé

Disponible

65€

Pourquoi ce livre sur le blé ? Pour en montrer l’importance et l’universalité. Le blé, plante majeure, comme le riz et le maïs, a permis et accompagné l’humanité, son évolution et son développement. Elle fait partie de l’histoire intime des civilisations et son « influence » ne cesse de progresser.

Il est la base de l’alimentation pour des milliards d’hommes sur les cinq continents et sa production ne cesse de croître, précédant et permettant l’expansion de la démographie humaine.
Mais le blé c’est aussi des champs, des paysages, des silos, des camions, des trains, des cargos, des moulins, qui font partie de notre environnement et de notre culture. Son évocation couvre des dimensions bien plus générales que la simple production de nourriture.
Grâce à la facilité de son stockage, de sa conservation et de son transport, il est devenu un élément incontournable de la mondialisation.
Ses conditions de production et son commerce font l’objet d’âpres discussions internationales.

Le blé participe et profite de l’avenir des technologies. Qu’elles soient numériques ou bio, les nouvelles technologies deviennent de plus en plus importantes dans la production de blé. Sa culture est une industrie à la pointe du progrès.

Cet ouvrage de référence sur le blé présente :
  • - la place du blé dans la civilisation occidentale sur les plans religieux,
  • - culturels et artistiques ;
  • - l’histoire du blé de la domestication à l’expansion ;
  • - le rôle du blé dans l’économie française ;
  • - les défis technologiques auxquels faire face.

Voir toutes les informations

  • ISBN : 9782855574820
  • Edition : Editions France Agricole
  • Année : 2017
  • Dimension : 16,5 x 23 cm
  • Informations complémentaires : 270 pages
Avant-propos III
Le blé est l’humanité 1
PARTIE I – AU-DELÀ DE LA PLANTE 3
1 Blé et paysages 5
Champs ouverts sur un horizon de blé 6
La Beauce, océan de blés 7
Vallées et montagnes 8
L’Égypte, toute blonde d’épis 10
2 Blé et religions 12
Du blé dans l’ambroisie 12
Blé et fertilité 13
Le bon grain et l’ivraie 15
Renaître après la moisson 17
3 Blé et culture populaire 20
Les travaux et les jours 20
Du labeur des champs, la richesse de tous 22
L’amour, le corps, la vie, la mort 24
4 Blé et art 27
Exploration de la matière, immersion dans la couleur 27
La mesure du temps et le rappel des origines 29
De la célébration du divin à la célébration de l’humanité 31
PARTIE II – LE BLÉ À LA CONQUÊTE DU MONDE 33
5 Domestication et expansion 35
De l’émergence néolithique à 1400 35
La domestication, une histoire complexe liée à la polyploïdisation 35
Deux dispersions initiales vers l’Afrique et l’Europe, ainsi que vers l’Asie centrale et de l’Est 41
Des premiers brassages des blés antiques à 1400 45
Temps modernes et révolution agricole : de 1400 à la Première Guerre mondiale . 52
Avant 1750, les « grandes découvertes européennes » propagent le blé hors d’Eurasie. 53
De 1750 à 1914, l’Occident prend le leadership de l’innovation du blé . 56
De 1918 à nos jours . 64
De 1918 à 1950, des gains de productivité disparates. 64
Depuis 1950, la production mondiale du blé connaît des progrès sans précédent. 68
6 Une économie mondialisée. 75
La plante cultivée la plus géographiquement répandue dans le monde. . 75
Une production à destination essentiellement de l’alimentation humaine. 76
Une photosynthèse moins efficace que celle des plantes, mais aussi moins exigeante. 77
Les avantages du blé en culture et en utilisation par rapport aux deux autres grandes céréales, le riz et le maïs. 78
Un nombre impressionnant de pays le cultivent et le consomment. 80
Un marché mondial réel, significatif et déterminant. 82
Des échanges en croissance structurelle. 82
Les exportations se font à partir d’un nombre restreint de pays . 83
De très nombreux pays sont acheteurs de blé . 84
Sur le très long terme, les prix ont progressé par paliers, mais ils sont de plus en plus volatils. 86
La farine fait l’objet d’un marché restreint, mais stratégique. 88
Des multinationales indispensables au commerce . 89
7 Des politiques agricoles nécessaires et diverses. 94
À l’origine, un besoin de régulation pour assurer l’approvisionnement des consommateurs en cas de mauvaise récolte . 95
La recherche de l’autosuffisance dans les pays déficitaires . 96
L’Organisation commune de marché des céréales : un système protectionniste dynamique quasi parfait. 97
La politique au service de la conquête des marchés : les deficiency payments américains. 99
Le cas particulier des boards. 100
Le blé et le maïs sont, avec le soja et le coton, les principaux sujets des discussions agricoles internationales . 102
L’évolution des politiques céréalières dans les années 2000 . 103
8 Le blé à l’origine de l’économie financière. 110
Invention des marchés à terme. 111
Qu’est-ce qu’un contrat à terme ?. 113
Des contrats d’option les plus simples aux produits dérivés les plus sophistiqués, l’ingénierie financière s’est révélée très créative. 114
Les marchés de produits financiers qui ont pour sous-jacents des matières premières contribuent-ils à accroître ou à réduire la volatilité des prix ?. 114
PARTIE III – LE BLÉ, PILIER DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE. 117
9 Le blé en France : un succès qui s’est fait attendre. 119
La production de blé en France : une explosion sur les cinquante dernières années. 119
Du Premier Empire à la Troisième République : une lente croissance . 120
Les crises et les deux guerres mondiales : la tourmente. 123
Les Trente Glorieuses et l’an 2000 : le blé français à la conquête du monde. 126
10 Le blé, une culture de haute technologie. 137
Un mécanisme d’élaboration du rendement complexe. 137
La création variétale. 140
Pourquoi a-t-on inventé la sélection ? . 140
Évolution des objectifs de sélection . 141
Évolution des méthodes de sélection : impact des biotechnologies. 143
La caractérisation fine du matériel végétal et de sa variabilité (phénotypage, sélection assistée par marqueurs). 143
La création de nouvelles variabilités, dont les biotechnologies constituent un outil majeur. 144
Un rôle prépondérant dans l’amélioration des performances : rendement, résistance, qualité, efficience des intrants. 146
Alimentation des plantes 148
Cas de l’azote. 148
Autres éléments fertilisants . 152
Protection des cultures : des démarches de plus en plus intégrées. 154
Les maladies. 154
La lutte contre les mauvaises herbes. 158
Les ravageurs . 159
Des voies de recherche pour une protection des cultures efficace et moins consommatrice de produits phytosanitaires. 159
En termes de maladies. 159
Concernant les ravageurs. 160
En matière de désherbage . 160
Des agroéquipements de plus en plus performants. 160
11 Des utilisations multiples. 164
Gestion de la collecte et stockage. 164
Caractéristiques techniques et critères technologiques essentiels . 164
Stockage et conservation des grains. 170
12 Le système blé-industrie, tissu de la campagne, trame du territoire . 172
Protohistoire et histoire. 172
Le système blé-industrie . 179
Extension et compréhension du système . 179
Les surfaces. 179
Les volumes. 179
La valeur technologique. 179
La régulation publique. 180
Les acteurs, organisations et représentations . 180
Les matières riches en glucides (MRG), système industrie élargi incluant le blé. 181
Les utilisations du blé en France. 182
La filière blé-farine, système blé finalisé. 183
Une économie sociale et territoriale. 184
Un tissu d’emplois sans égal. 184
Une structure originale, une dynamique entrepreneuriale . 184
Un secteur coopératif dominant. 185
13 Le blé français doit rester compétitif. 189
Les principaux facteurs de concurrence. 189
Les différences de coût de production du blé entre pays sont significatives . 190
Les autres facteurs de compétitivité . 194
14 Le blé français, l’organisation de sa filière et ses structures : un modèle unique au monde . 195
Une organisation économique d’origine étatique . 195
Une organisation syndicale très « économique » . 197
Une diversité de la représentation assurée par les statuts . 198
Un projet à long terme. 198
L’ouverture des débouchés. 198
L’amélioration de la compétitivité . 199
Des structures de développement et d’expansion. 200
Le développement technique de la production . 200
La consolidation et la recherche de débouchés . 201
Une opération de solidarité pour consolider les débouchés vers l’élevage. 201
Affronter le marché mondial. 202
Améliorer le marché domestique. 203
La cogestion et le financement des actions céréalières . 203
Un financement à base de taxes parafiscales négociées entre l’État et les producteurs de blé . 204
Une multiplication des taxes parafiscales. 204
La diminution des taxes parafiscales. 205
Le remplacement des taxes par des CVO . 206
La CVO semences de ferme. 207
PARTIE IV – LES DÉFIS DE DEMAIN. 209
15 Le défi numérique et les big data . 211
Des outils pour une agriculture plus précise. 211
Les capteurs produisent l’information . 211
Les modèles interprètent l’information et aident à la décision . 212
L’information traitée est rendue opérationnelle . 213
Les robots appliquent les décisions. 214
Le numérique impacte aussi l’environnement de l’exploitation. 215
Des exploitations interconnectées et plus branchées sur leur environnement
technico-commercial. 215
Le numérique modifie les méthodes d’expérimentation et de recherche. 215
Le conseil technique et la distribution des produits nécessaires à l’exploitation sont concernés . 217
De nouvelles questions se posent. 217
La propriété des données doit rester à l’agriculteur. 218
Le numérique envahit également les fonctions des fournisseurs et des acheteurs de l’agriculteur. 218
Le numérique provoque du changement dans les exploitations . 219
Le numérique impactera l’organisation agricole mondiale . 219
16 Les biotechnologies du blé aujourd’hui et à l’horizon 2030. 221
Les biotechnologies appliquées aujourd’hui au blé . 222
Culture in vitro, haplodiploïdisation*, marquage moléculaire, séquençage et sélection génomique . 222
Transformation génétique . 224
Technologies de contrôle de l’expression des gènes. 224
Édition génomique. 225
Premières applications commerciales envisageables pour les blés génétiquement modifiés. 225
Blés génétiquement modifiés. 225
Traits qualitatifs . 225
Traits agronomiques. 226
Contrôle des maladies. 226
Contrôle des parasites. 226
Autres biotechnologies vertes liées à la génétique du blé pouvant évoluer significativement d’ici à 2030. 227
Développement simultané de biotechnologies blanches liées au blé . 227
Obstacles autres que techniques au développement des
biotechnologies du blé . 228
17 Une insertion environnementale maîtrisée . 230
Le blé : une responsabilité particulière ? . 230
Phytosanitaire, une utilisation modeste, mais sur de grandes surfaces. 231
Risque nitrates, la maîtrise par la technologie. 232
Une contribution positive à certains enjeux environnementaux . 234
18 Un défi démographique à portée . 235
La démographie mondiale explose, la production de blé suit. 235
Les questions pour 2050 . 238
La population et ses besoins. 238
Les surfaces et les rendements. 239
Des éléments peuvent contrecarrer ces prévisions favorables . 240
Les centres de consommation s’éloignent des centres de production . 241
19 Les comportements sociétaux et les problèmes de santé prennent de l’importance. 242
Un contexte difficile du maintien de la consommation de pain. 242
Le pain favorise-t-il l’obésité ?. 245
Les « intolérances » au gluten augmentent. 245
Les habitudes alimentaires changent rapidement. 246
Quel avenir ? 249
Glossaire 251
Liste des figures, photos et tableaux . 255
Bibliographie et sitographie indicatives 260
H. Le Stum (Intercéréales - également coordinateur de l’ouvrage), A. Bonjean (Groupe Limagrain), J.-M. Bouquery (Académie d’Agriculture), J. Mathieu (Arvalis-Institut du végétal), O. Ruch (Passion Céréales), B. Valluis (Meunerie française).

Satisfait ou remboursé

Paiement 100% sécurisé

Service clients

Livraison garantie