Téléphone 01 40 22 79 85

01 40 22 79 85 (lundi - vendredi : 9h à 17h)

Paiement 100% sécurisé

Paiement 100% sécurisé

Editions France Agricole - L'éditeur du monde agricole
Mon compte
MON COMPTE

Bienvenue dans votre espace client

J’ai un compte

J’ai oublié mon mot de passe
Partager Partager
Référence : 929007

Systèmes intégrés : une troisième voie en grande culture

Les systèmes intégrés utilisent les mêmes principes agronomiques que l'agriculture biologique sans s'interdire, si nécessaire, l'utilisation des produits chimiques de synthèse.
Quand en 1999 parait « Une troisième voie en grande culture » la notion de système intégré est inconnue de la majorité des agriculteurs. C'est pourtant bien de système intégré dont il est question dans cette première édition.

Douze ans plus tard, les systèmes intégrés sont évoqués par de nombreux spécialistes et par certains agriculteurs comme « la » solution pour une agriculture performante et respectueuse de l'environnement. Cette nouvelle version actualisée prend en compte les acquis scientifiques visant à améliorer la faisabilité des systèmes intégrés, le nouveau contexte économique et le durcissement de la réglementation, en particulier dans le domaine des produits phytosanitaires. Le livre s'est enrichi d'un chapitre sur les engrais verts et de données sur la matière organique.

La protection de l'environnement est généralement vue comme une contrainte coûteuse par les agriculteurs. Cet ouvrage montre à travers des données précises qu'il est possible, grâce à une approche globale de l'ensemble du système, de minimiser fortement l'impact de l'agriculture sur l'environnement sans dégrader les performances économiques. Ainsi le plan ECOPHYTO 2018 se donne pour objectif de réduire de 50 % l'utilisation des produits phytosanitaires. Mais concrètement comment faire ? C'est le sujet de cet ouvrage.

Voir toutes les informations

  • ISBN : 9782855572390
  • Edition : Edition France Agricole
  • Année : 2013
  • Dimension : 16.5 x 23 cm
  • Informations complémentaires : 376 pages

Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . IV
Préface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .XII
Avant-propos* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XIV
Enjeux économiques et sociaux d'une agriculture durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XV
Evolution historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XV
Politique agricole . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XVI
Rôle des techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XVII
Agriculture et environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     XX
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . XXI


PARTIE 1 – Des solutions techniques respect ueuses de l'environnement pour une production de qualité . . . .     1

1 Nécessité d'une approche globale : concept de système intégré . . .     2
2 Rotation, assolement et taille des parcelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     7
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     7
Effets agronomiques liés aux rotations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     9
Effets des rotations courtes sur le développement des bioagresseurs . . . . . . . . . . . .     9
Effet des rotations sur les rendements et la fertilité du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     13
Quelques autres effets favorables des rotations longues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     19
Eléments pour choisir une rotation et un assolement multifonctionnels . . . . .     20
Principes de construction de la rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     20
Aide au choix des précédents culturaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     25
Gérer la taille des parcelles et l'assolement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     29
Contrôle de la variabilité intraparcellaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     30
Aménager au mieux le parcellaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Raisonnement économique à faire au niveau de la rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . .     33
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     34
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     35
3 Association de cultures, engrais verts et cultures intermédiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     36
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     36
Associations de cultures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     37
Association de cultures dont toutes les espèces sont récoltées . . . . . . . . . . . . . . . . . .     38
Association de cultures dont seule une espèce est récoltée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     40
Cultures dérobées, engrais verts et CIPAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     41
Cultures dérobées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     41
Engrais verts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
CIPAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     55
Couvert vivant permanent ou semi-permanent (SCV) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     55
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     56
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     58
4 Rôle des éléments fixes du paysage (haies, bandes enherbées, etc.) . . . 59
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     59
Biodiversité sauvage et zones non cultivées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     61
Un champ cultivé n'est pas un désert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     61
Faut-il conserver les zones non cultivées ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     62
Bien gérées, les zones non cultivées abritent des espèces utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . .     64
Effets bioclimatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     66
Lutter contre l'érosion hydrique, la pollution par les nitrates et les pesticides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
Lutte contre l'érosion hydrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     66
Protection des eaux de surface contre les pollutions par les nitrates . . . . . . . . . . . .     68
Protection des eaux de surface contre les pollutions par les produits
phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     69
Limites de cette approche . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     70
Maîtrise de l'érosion éolienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     71
Rôle paysager des haies, des bosquets, des arbres isolés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     72
Autres intérêts des haies : production de bois d'oeuvre ou de bois
de chauffage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     73
Construction d'un projet prenant en compte le rôle multifonctionnel
des éléments fixes du paysage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     75
5 Travail du sol : vers des techniques sans labour . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     76
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     76
Les différentes formes de travail du sol simplifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     77
Evolution des surfaces en techniques simplifiées en France . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     79
Travail simplifié pour quelles cultures ? Avec quel rendement ?
Pour quel type de sol ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     80
Travail du sol simplifié : les effets positifs sur l'environnement . . . . . . . . . . . . . . .     83
Augmentation de la teneur en matière organique en surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     83
Augmentation de l'activité biologique en technique simplifiée . . . . . . . . . . . . . . . . .     84
Diminution des risques d'érosion par les techniques simplifiées . . . . . . . . . . . . . . . . .     90
Limitation des fuites de nitrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     91
Economies d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     91
Dégradation des produits phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     92
Transfert des produits phytosanitaires vers les eaux de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . .     93
Matériels adaptés aux techniques simplifiées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     93
Critères de choix . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     94
Matériel traditionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     95
Cultivateurs rotatifs à axe horizontal et semoir intégré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     95
Semoirs rapides à disques adaptés au semis direct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     95
Semoirs rapides à dents et socs étroits adaptés au semis direct . . . . . . . . . . . . . . . . .     96
Mise en oeuvre des techniques de travail du sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     98
Importance d'une gestion très précise de l'interculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     98
Exemple de stratégie pour la gestion d'une interculture sans labour . . . . . . . . . . . .     102
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     104
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     105
6 Irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     106
Adaptation des consommations d'eau d'irrigation à la ressource . . . . . . . . . . . . .     109
Difficultés d'une irrigation rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     109
Obstacles naturels à une irrigation rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     110
Du matériel peu performant et souvent mal réglé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     111
Un calcul des doses d'irrigation facile à faire, mais des méthodes de pilotage peu utilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     114
Limites d'une irrigation rationnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     115
Réduire le recours à l'eau d'irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     115
Supprimer l'irrigation en remplaçant les cultures irriguées
par des cultures sèches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     115
Irriguer en valorisant au maximum l'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     116
Raisonner la conduite de l'irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     122
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     122
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     123
7 Variété, date et densité de semis : un choix stratégique . . . . . . . . . . . .     124
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     124
Progrès de la sélection variétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     125
Progression des rendements : génétique, agronomie et climat . . . . . . . . . . . . . . . . . .     125
Progrès génétiques sur la résistance aux bioagresseurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     126
Progrès génétiques pour la qualité technologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     128
Nouvelles stratégies des sélectionneurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     129
Conclusion : la sélection doit rester au service de l'agriculteur . . . . . . . . . . . . . . . . . .     130
Comment choisir une variété ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     135
Mélanges de variétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     136
Importance du choix de la date et de la densité de semis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     136
Cas des céréales à paille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     137
Exemple du pois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     137
Exemple du colza . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     137
Exemple du tournesol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     139
Viser un objectif de rendement inférieur au potentiel pédoclimatique . . . . . . .     139
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     141
8 Fertilisation azotée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     142
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     142
Bases du raisonnement : méthode du bilan prévisionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     143
Besoins des cultures entre l'ouverture (Nf) et la fermeture du bilan (Ne) . . . . . . . . .     143
Azote minéral disponible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     146
Minéralisation utile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     147
Besoins en engrais (Xa, X) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     150
Exemple de calcul de bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     152
Modalité des apports d'engrais : dates d'apport, fractionnement, localisation . . .     154
Outils de pilotage de la fertilisation azotée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     154
Fertilisation azotée et protection de l'environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     156
Comment limiter les pertes par voie gazeuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     156
Lutte contre la pollution des eaux par les nitrates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     157
Ajustement de la dose et fuite de nitrate . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     158
Minimiser la minéralisation dans l'interculture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     158
Cultures pièges à nitrates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     160
Une réglementation de plus en plus complexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     162
Programmes d'actions en zone vulnérable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     163
Conclusion : gérer l'azote n'est pas seulement une affaire
de calcul de dose . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     16
Complément bibliographique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     164
9 Fertilisation phosphatée et potassique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     165
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     165
Une réserve abondante de P et de K dans les sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Mécanismes de l'absorption des éléments PK . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     167
Comment raisonner les apports d'engrais organiques ou minéraux ? . . . . . . . . .     168
Analyse de sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     68
Les cultures ont des exigences très différentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     170
Apports de fertilisants organiques et minéraux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     172
Modalités d'apport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     174
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     176
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     177
10 Protection intégrée des cultures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     178
Introduction : vers une réduction de l'utilisation des produits
phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 178
Bases du raisonnement pour une protection intégrée des cultures . . . . . . . . . . .     181
Exemples de raisonnement en protection intégrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     184
Stratégies de lutte contre les adventices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     184
systemes-integres.indb 8 13-01-31 5:06 PM
Stratégies de lutte contre les maladies cryptogamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     190
Lutte intégrée contre les insectes ravageurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     193
Lutte contre les limaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     196
Protéger la santé de l'agriculteur et lutter contre la pollution ponctuelle . . . . .     197
Lutte contre la pollution diffuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     197
Caractéristiques toxicologiques des produits phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
Caractéristiques environnementales des produits phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . .     199
Comment choisir un produit ayant le minimum d'impact sur la santé
et l'environnement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     202
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     203
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     204
11 Qualité et conservation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     205
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     205
Signes officiels de qualité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     206
Qualité « produit » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     206
Qualité au niveau des entreprises ou des filières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     207
Techniques de production et qualité technologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     208
Teneur en sucre sur betterave . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     208
Teneur en huile pour le colza . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     208
Teneur en protéine pour les céréales à pailles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     209
Qualité sanitaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     10
Mycotoxines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     210
Métaux lourds . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     11
Pesticides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     211
Conserver les récoltes avec du froid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     212
Ventilation froide, une méthode efficace de conservation des grains . . . . . . . . . . . .     212
Conservation longue durée des pommes de terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     215
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     215
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     216

PARTIE 2 – Les résultats techniques , économiques et environnementaux . . . . . . . . . . .     217


1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     18
2 Résultats expérimentaux de conduites de culture . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     220
Des références nombreuses mais peu connues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     220
Travaux sur le niveau d'intensification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     221
Travaux sur les systèmes intégrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     222
Quelques exemples de conduites de cultures extensives ou intégrées. . . . . . . . . . .     223
Résultats d'essais pluriannuels de « conduites de cultures » . . . . . . . . . . . . . . . . . .     225
Résultats d'essais sur blé en Nord-Picardie et Normandie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     225
Interprétation économique des essais « itinéraires techniques » sur blé . . . . . . . . .     231
Résultats d'essais pluriannuels en rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     233
Présentation d'une série d'essais systèmes en rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     233
Comportement du blé dans les essais en rotation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     233
Analyse des résultats sur colza et tournesol dans un essai en rotation . . . . . . . . . . .     239
Exemple de résultats avec une approche système :
résultats des essais microfermes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     242
Analyse critique de la faisabilité des systèmes intégrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     243
Résultats économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     246
Résultats obtenus dans l'essai système de Boigneville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     249
Résultats techniques (Tableau 2-9) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     249
Résultats économiques (Tableau 2-10) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     251
Les systèmes intégrés pour mieux préserver l'environnement (Tableau 2-11) . .     254
Préservation des ressources naturelles non renouvelables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     254
Préservation de la qualité de l'eau et de l'air . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     257
Préservation de la diversité biologique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     264
Effet des systèmes sur l'activité biologique des sols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     264
Autres impacts environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     265
Expérience dans les autres pays . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     266
En Allemagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
Au Royaume-Uni . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     266
En Hollande . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     267
Au Danemark . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
En Suisse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     267
Impact économique, agronomique et environnemental
des systèmes intégrés dans différents pays européens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     268
La rentabilité de l'agriculture est compatible avec l'amélioration
de la qualité de l'environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     269
Compléments bibliographiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     272
3 Résultats obtenus par des groupes d'agriculteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . .     273
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .     273
Obstacles à la diffusion des techniques de production à faibles intrants . . . . .     273
Exemple de la Champeigne (Indre-et-Loire) :
une baisse continue des intrants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Satisfait ou remboursé

Satisfait ou remboursé

Paiement 100% sécurisé

Paiement 100% sécurisé

Service clients

Service clients

Livraison garantie

Livraison garantie