Téléphone 01 40 22 79 85

01 40 22 79 85 (lundi - vendredi : 9h à 17h)

Paiement 100% sécurisé

Paiement 100% sécurisé

Editions France Agricole - L'éditeur du monde agricole
Mon compte
MON COMPTE

Bienvenue dans votre espace client

J’ai un compte

J’ai oublié mon mot de passe
Partager Partager
Référence : 926018

Plaidoyer pour des politiques agricoles actives

Disponible

29€

Le secteur agricole est partout. Il fait la une des médias dès qu’une crise surgit et occasionne des commentaires sur la façon de l’interpréter et sur les leviers possibles pour en sortir. Les spécialistes de la question agricole, qu’ils soient agronomes, économistes, sociologues, politologues… débattent sur la nature de cette crise globale de l’agriculture, sur son articulation avec d’autres crises, comme celle du climat par exemple, et sur ce dont elle est annonciatrice, à savoir la fin ou non de l’exploitation agricole familiale.

Le secteur agricole est un apporteur de « biens communs », notamment production de biens alimentaires, entretien des paysages, maintien d’activités dans les zones rurales. L’agriculture demeure donc une activité de première importance qui ne peut être livrée aux seules forces du marché.

C’est pourquoi ce livre contient un plaidoyer pour des politiques agricoles actives, partout dans le monde où cela est possible.

Les six chapitres de cet ouvrage vous présentent :
- la genèse des tensions que connaît l’agriculture depuis les années 1990 ;
- la production de biens agricoles dans un contexte global de remise en cause de la croissance économique ;
- le lien entre l’activité agricole et la production de « biens communs » ;
- la nécessité de préserver, tout en les adaptant, des politiques agricoles actives, non restreintes à des aides permettant aux producteurs de surmonter provisoirement les crises ;
- les négociations agricoles à l’OMC et sur les accords préférentiels bilatéraux et/ou régionaux, ainsi que sur les accords de partenariats économiques (APE);
- quelques avancées en matière de gouvernance agricole, tant sur le plan intérieur, que sur celui de l’extérieur.

Tout au long de ces chapitres, le lecteur rencontrera des idées, des faits, des programmes d’action, parfois des critiques, des doutes. Il y croisera également quelques auteurs de référence, ou qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de l’économie en général, et de l’agriculture, en particulier.

Voir toutes les informations

  • ISBN : 9782855575711
  • Edition : Editions France Agricole
  • Année : 2018
  • Dimension : 16.5 x 23 cm
  • Informations complémentaires : 300 pages
CHAPITRE 1 – Montée des tensions et enjeux géo-économiques autour de l’agriculture et de l’alimentation. 1
La géo-économie : un concept heuristique pour l’analyse de la mondialisation . 5
Les rivalités autour de l’agriculture : une histoire ancienne. 7
Les rivalités commerciales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Une nouvelle dimension : le contrôle de l’outil de production. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Nouvelle régulation des échanges agricoles ou perpétuation des rivalités ?. . . . . . . . . . . 16
Regards croisés sur deux grands protagonistes agricoles : le Brésil et la Chine. 18
Le Brésil et sa puissance agricole et alimentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
La Chine face au défi de la dépendance alimentaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Agriculture et climat : une équation soluble ? . 26
CHAPITRE 2 – Produire des biens agricoles dans un contexte de remise en question de la croissance. 29
Du développement au développement durable : glissements progressifs dans l’histoire. 30
L’insoutenabilité du développement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Un développement durable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Le développement durable, un enjeu global . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
La croissance en question. 35
Les limites à la croissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Agrimonde : des scénarios qui interrogent les perspectives des agricultures et de
l’alimentation du monde à l’horizon 2050. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
La biodiversité comme marqueur de l’impact de l’agriculture sur son environnement. 48
Biodiversité : de la conservation aux services rendus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
Biodiversité et agriculture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
La biodiversité du sol, un enjeu majeur pour les pratiques agricoles. . . . . . . . . . . . . . . . . 54
L’agroécologie et l’agriculture biologique : produire plus et mieux sans croissance . 58
Un appel pour changer les pratiques et les politiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
CHAPITRE 3 – Agriculture et biens communs. 61
Une révision de l’approche et de la gouvernance des « communs ». 63
« Biens communs » et agriculture. 65
Vers de nouvelles formes de production agricole. 67
Des formes de production guidées, sélectionnées par les pouvoirs publics. . . . . . . . . . . . 70
La PAC : de la promotion d’un modèle unique de développement
vers des infléchissements progressifs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
CHAPITRE 4 – Adapter les prati ques et les politiques agricoles pour la production de biens communs. 85
La souveraineté alimentaire : genèse et actualité d’un principe organisateur des sociétés. 87
Deux vecteurs de réhabilitation de la souveraineté alimentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Qu’est-ce que la souveraineté alimentaire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
Implications pour l’agriculture. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
Une agriculture doublement performante. 97
Préserver et gérer les ressources : régulation de la ressource en eau, protection des sols et limitation des émissions de gaz à effet de serre. . . . . . . . . . . . . 97
La diversification des rotations et des assolements. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
Adapter les systèmes de production animale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
Les infrastructures agro-écologiques, composantes de l’aménagement foncier. . . . . . . . 102
Le concept et la pratique de l’agroécologie. 104
Émergence du concept. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
Réhabiliter l’approche systémique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
Le projet agro-écologique pour la France. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
L’agriculture biologique. 112
Respect des équilibres et approche globale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) et aides pour la bio . . . . . . . . . 114
Des politiques agricoles adaptées et actives pour faire face aux enjeux et aux défis. 117
Quelques données statistiques sur l’évolution de l’agriculture dans l’Union européenne . . 117
Des faits qui questionnent la durabilité de l’agriculture (le cas de la France). . . . . . . . . . . 121
Combiner local et global pour la production de biens communs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124
Repenser les politiques agricoles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
Secteur laitier, changement climatique, biodiversité… : les débats générés
par la nouvelle vision de la Commission européenne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
Le devenir incertain de l’exploitation familiale . 151
CHAPITRE 5 – Les négociati ons sur l’agriculture à l’OMC et les accords de libre-échange bilat éraux. 153
Les négociations commerciales multilatérales. 154
Un peu d’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
L’OMC et la sécurité alimentaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
La Conférence ministérielle de l’OMC à Bali . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157
Les accords de libre-échange bilatéraux . 162
L’OMC et les accords commerciaux régionaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Des exemples de négociations et d’accords : le TTIP, l’AECG
et le mécanisme de RDIE ; les enseignements du Canada. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
Qu’est-ce que le mécanisme de RDIE ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Des résistances contre les accords de libre-échange : l’exemple du TTIP. . . . . . . . . . . . . . 167
Avantages et inconvénients de l’accord de libre-échange entre le Canada et l’UE :
deux points de vue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
Les accords de partenariat économique (APE). 179
Un peu d’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Le contenu de l’APE UE-CEDEAO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Des accords de libre-échange entre des partenaires inégaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Création d’une zone de libre-échange continentale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 184
CHAPITRE 6 – Tendre vers une nouvelle gouvernance de l’agriculture et de l’alimentation. 187
L’expertise internationale IAASTD : options pour l’action. 188
Un changement de paradigme scientifique pour l’action. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
Un appel pour de nouvelles politiques publiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
Quelques compléments sur la concentration du secteur agro-industriel
et sur les enjeux technologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
Souveraineté alimentaire, droit à l’alimentation et accès à la terre. 197
Les fondements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Souveraineté alimentaire et droit à l’alimentation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
Souveraineté alimentaire et accès à la terre - FMAT 2016 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 202
Souveraineté alimentaire et technologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Pour des politiques agricoles actives adaptées à une nouvelle gouvernance française et européenne. 208
Au coeur des discussions des EGA : des prix rémunérateurs pour les agriculteurs et la juste répartition de la valeur entre producteurs, industriels et distributeurs. . . . . . 210
Une volonté politique affirmée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 211
Aux États généraux de l’alimentation, parmi les points en débat, l’agriculture biologique et le glyphosate (et plus largement les produits phytosanitaires). 213
L’agriculture biologique en question. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
Le glyphosate en question. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
Quelles orientations pour une PAC du futur ?. 222
La réforme de la PAC 2014-2020 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 222
Le règlement Omnibus : un pas vers l’exception agricole en matière de concurrence. . . . 231
La PAC post 2020  .....232
Document de plaidoyer de la plateforme « Pour une autre PAC ». . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
Les orientations de la Commission européenne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
Pour une critique de la position de la Commission européenne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
CHAPITRE 7 – Conclusion ....241
Liste des figures et tableaux 245
Jacques Loyat est agronome, économiste et ingénieur général honoraire du Génie Rural, des Eaux et des Forêts.

Thierry Pouch, Docteur en Sciences économiques (Paris I Panthéon-Sorbonne), est responsable du service études et prospectives à l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture à Paris et chercheur associé au laboratoire REGARDS de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
Satisfait ou remboursé

Satisfait ou remboursé

Paiement 100% sécurisé

Paiement 100% sécurisé

Service clients

Service clients

Livraison garantie

Livraison garantie